Momas, Alphonse

Les Concubines de la directrice
Alphonse Momas
Que de changements en la fillette, depuis deux ans où elle fut laissée au mois de novembre entre les mains de la directrice ! C’était maintenant une véritable jeune fille, quoiqu’elle n’eût que quinze ans et cinq mois, à la tournure svelte et élégante, à l’aspect gracieux et aimable. Vêtue d’un costume tailleur bleu, lui pinçant la taille et bombant la poitrine, elle paraissait certes plutôt vingt ans que quinze, mais quels soins la plante avait reçus sous le rapport amoureux !

Petites et grandes filles
Alphonse Momas
Jouissant de la plus complète liberté pour la conduite de ses élèves, il commença par retenir, de temps en temps, la fillette après les leçons, sous prétexte de lui expliquer un chapitre moins bien travaillé, de l’aider à résoudre un problème un peu compliqué, et alors, les chaises rapprochées, les yeux fixés sur les cahiers, dans la solitude de la salle d’étude, la jambe du prêtre, se balançant, rencontrait celle d’Adeline qui ne se retirait pas.

La Chute des vierges
Alphonse Momas
Si les classes suivaient leur programme, si les heures d’études demeuraient immuables, bien des licences s’octroyaient et les anciennes n’auraient plus reconnu les mœurs de la maison où elles firent leur éducation sous une discipline des plus rigides. Une large tolérance encourageait les jeunes et gentilles miss à écouter les conseils de coquetterie et à soigner leur toilette comme leur conversation.